Bone (série et artbook)
Par
Cette chronique, remaniée, est basée sur deux articles publiés, en 2009 et 2010, sur l'ancienne version du site.

Un point sur la série Bone, riche saga mêlant humour, heroic fantasy, romance et drame.

Ils sont trois. Trois cousins chassés de Boneville à cause des malversations de Phoney, un arriviste grincheux prêt à tout pour quelques piécettes. Fone Bone, n'écoutant que sa gentillesse naturelle, n'a pu se résoudre à laisser le grippe-sou partir seul. Ils sont accompagnés par le troisième larron, Smiley, qui a toujours le sourire aux lèvres mais n'est pas bien futé.
Après s'être perdus dans le désert et avoir ensuite traversé de hautes montagnes, les voici arrivés dans une vallée dont ils ignorent tout, peuplée de bien singulières créatures. Il y a les bestioles, plutôt amicales, mais aussi ces saletés de rats-garous, dont la bêtise n'a d'égale que l'appétit. Et puis Fone va également découvrir la douce et belle Thorn, sans savoir que la jeune fille est menacée. Car le Sans-Visage a décidé de mener une vaste offensive et, surtout, le Seigneur des Criquets est de retour.
Pour les Bone, c'est le début d'une aventure extraordinaire qui leur fera découvrir l'amour, la guerre, quelques secrets et... les courses de vaches !

Si vous ne connaissez pas encore Bone, je vous envie presque car le meilleur est devant vous. J'ai moi-même mis un certain temps à m'intéresser à ces personnages au gros nez, un peu simplistes, avant de devenir complètement accro à cette œuvre magistrale de Jeff Smith. L'auteur, qui signe scénario et dessin, sort le premier épisode, qu'il auto-édite, en 1991. Plus de dix ans plus tard - et quelques prix prestigieux en poche - il met un terme à cette épopée qui, si elle se veut humoristique, prend le temps également de s'aventurer sur le terrain de l'émotion et du suspense.
C'est avec un talent peu commun que Smith nous plonge, dès les premières planches, dans son petit monde. Les personnages principaux sont vite cernés et deviennent bigrement attachants alors que nous découvrons avec eux les us des habitants de la vallée ainsi que la faune locale. Bien que les gags soient souvent présents, une trame sérieuse se dessine peu à peu. Fone découvre l'amour d'une manière naïve et attendrissante alors que la menace se concrétise au fil des tomes. Et si l'on finit par ne plus trop craindre ces gros idiots de rats-garous, le lecteur sent très vite que derrière eux, quelque chose de noir et malsain est tapi dans l'ombre.
Bien sûr les sources d'inspiration sont nombreuses, l'on peut voir si l'on y tient la trace de Tolkien ou Uncle Scrooge, mais Smith s'approprie suffisamment les mythes qu'il revisite pour que l'on parvienne aisément à oublier les références, volontaires ou non.

Pour ce qui est de l'aspect visuel, Jeff Smith mélange un dessin très cartoony avec des décors et personnages plus réalistes mais aux traits doux et charmeurs. La saga est publiée en France chez Delcourt. Il existe une première version, en noir & blanc, et une seconde, colorisée. C'est sans conteste cette version en couleurs que l'on vous conseille. Le travail subtil et délicat de Steve Hamaker permet, dans la plupart des cas, de magnifier l'histoire et d'ajouter un vrai pouvoir de séduction supplémentaire à l'univers de Smith (voir à ce sujet les comparaisons à la fin de ce paragraphe). Belle manière de clouer le bec aux snobinards toujours prêts à se palucher sur de la grisaille sans pour autant comprendre s'il s'agit d'une volonté artistique ou au contraire d'une simple contrainte économique ou technique.
Attention cependant, pour ceux qui auraient déjà commencé à acheter les premiers tomes en noir et blanc, les deux versions ne sont pas découpées de la même façon. La première comporte onze tomes alors que la version colorisée n'en comptera au final que neuf. Signalons que les livres en couleurs sont également dotés d'une carte de la vallée, absente des anciens volumes (certains contiennent même, plus anecdotiquement, des magnets en cadeau).
Notons qu'il existe également une intégrale (noir et blanc) en un seul volume, pas franchement pratique à manipuler.





La traduction est bonne à part une énorme et irritante faute qui se trouve sur la première planche du premier tome. Si je vous dis "au temps pour moi", vous vous doutez un peu de la manière dont le traducteur a déformé cette expression... je ne vais pas en rajouter, j'ai tellement parlé de cette mauvaise habitude que ça va finir en running gag.

Pour prolonger le plaisir, l'on peut également se plonger dans Le Projet Bone, un imposant artbook qui s'avère un complément indispensable à la série de Jeff Smith.
L'ouvrage est publié par Presses Aventure, une maison d'édition canadienne, québécoise même précisément, ce qui nous permet d'avoir droit à des textes d'accompagnement en français.
Déjà, le livre est plutôt esthétique et imposant. Grand format, titre en relief, papier glacé, couverture souple mais épaisse, un bien bel objet. L'intérieur va vite se révéler à la hauteur de la première impression que l'ouvrage dégage.

Bien entendu il y a énormément d'illustrations, avec de magnifiques pleines pages et des extraits de la série, mais c'est également à un voyage dans l'univers de Smith auquel le lecteur est convié. L'on peut voir des photos de lieux dont s'est inspiré l'auteur pour ses décors, des ébauches, des comparaisons entre différentes versions d'une même planche ou encore quelques petites pépites, comme la reproduction du premier récit mettant en scène les cousins Bone, BD réalisée au stylo à bille alors que Smith n'avait que... dix ans. Et je vous assure que sa technique, pour un gamin, est impressionnante !
Les commentaires qui accompagnent les illustrations sont souvent intéressants, avec des explications techniques sur les effets recherchés par le cadrage ou encore l'utilisation ou non de "bruits". Certains dessins sont incroyablement drôles ou, au contraire, dégagent une émotion étonnante en regard de l'économie de moyens et du style particulier employé par Smith, l'un des rares génies à pouvoir, en quelques traits, capturer l'essence même d'un personnage.

L'on pourra trouver également d'autres petites choses plus anecdotiques, comme des cartes de vœux, des dessins préparatoires pour la réalisation de figurines et même une Thorn dessinée par Frank Miller.
Un superbe livre, qui permet de mieux comprendre le travail de Smith ou, tout simplement, de se laisser emporter par la magie des dessins.
Attention cependant, si vous n'avez pas encore lu la série, Le Projet Bone contient quelques spoilers importants. Si par contre vous connaissez déjà la saga, pour moins de 25 euros, voilà un excellent moyen de continuer à rêver...

Une œuvre drôle, tendre et passionnante. Du très grand art à la frontière de genres multiples.


Galerie











+ Les points positifs - Les points négatifs
  • La richesse de l'univers dépeint.
  • Les personnages, originaux et attachants.
  • L'humour.
  • Le côté attendrissant.
  • Le style graphique.
  • L'esthétisme de la version colorisée.
  • La diversité et la beauté de l'artbook.

  • RAS.
Strangers in Paradise : Amours, Flingues et Petites Culottes
Par
Cet article, réactualisé, a été publié en 2009 sur l'ancienne version du site.

Habile mélange de romance, comédie et polar, Strangers in Paradise est l'une des grandes réussites de la bande dessinée indépendante US.

Francine Peters et Katina Choovanski, alias "Katchoo", sont amies depuis très longtemps et partagent le même appartement. La brune est douce, romantique et court après une hypothétique relation amoureuse idéale. La blonde est une artiste vive, violente même parfois, qui se verrait bien partager le lit de Francine et qui n'hésitera pas à la venger d'un rustre particulièrement odieux.
Au milieu de ce duo arrive David, subjugué par la personnalité de la jolie Katchoo qui, elle, aime plutôt les femmes.
Passé mystérieux, ennuis avec la police, accointances mafieuses et autres moments joyeux ou douloureux se succèdent pour ces trois personnages attachants qui, sans amour, se sentent comme des étrangers au paradis...

Attention, ne vous laissez pas abuser par ce résumé qui peut paraître sirupeux, car nous sommes ici devant un comic particulièrement brillant, sorte de soap expurgé de toute niaiserie. Mais commençons par le début. SiP est une - longue - série de Terry Moore (Echo), qui signe dessins et scénario. Elle est divisée en trois "volumes" (un genre de "saisons" en fait) qui contiennent respectivement 3, 14 et 90 épisodes.
En France, le parcours éditorial de Strangers in Paradise va se révéler pour le moins chaotique. Les premiers épisodes sont publiés chez Le Téméraire, c'est ensuite Bulle Dog qui reprend le titre qui échouera, enfin, chez Kymera (un petit éditeur qui abrite quelques perles comme Luther Arkwright). Pour compliquer le tout, les premiers tomes, présents au catalogue de ces trois maisons d'édition, ne possèdent pas les mêmes titres (et apparemment pas le même découpage pour les deux premières versions). Enfin, tout récemment, c'est Delcourt qui a repris le flambeau en sortant le premier tome d'une intégrale qui en comprendra trois (dans les 600 pages chacun, pour 39,95 euros pièce, c'est du lourd et ça les vaut).


L'histoire en elle-même se révèle difficile à résumer. Ou plutôt, en la résumant, on ne lui rend pas service. Notamment parce que Terry Moore la sert avec un traitement narratif particulièrement intelligent qui lui donne toute sa saveur. Dès la première planche d'ailleurs, le lecteur est tout de suite accroché par un style direct et inspiré. Sa grande force réside surtout dans le mariage d'un humour efficace et d'une poésie touchante, ce qui constitue un sacré tour de force tant il n'était pas évident de parvenir à des moments de vraie émotion entre deux rires. Le but est pourtant parfaitement atteint.
Les dessins sont en Noir & Blanc, le trait est économe et, là encore, une facilité et une grande élégance se dégagent des planches. Les visages notamment sont particulièrement expressifs et bien réalisés. Katchoo, loin des caricatures habituelles et des formes très exagérées des super-héroïnes, est une pure merveille de charme et de sensualité. Rarement une fille de papier aura été aussi séduisante et charismatique !

Les thèmes abordés vont du plus courant (la recherche de l'âme sœur) au plus dramatique (le viol) et sont enrobés de scènes plus anecdotiques mais souvent très acides (un voisin voyeur par exemple). Rien n'est jamais vulgaire ou raté, tout tombe juste et finit par avoir l'effet voulu, que ce soit un sourire ou un sentiment plus poignant qui soient recherchés. Et si les personnages se construisent sur la durée, avec fort peu d'informations sur eux dans un premier temps, ils possèdent tout de suite une réelle consistance, un caractère, un côté réaliste qui les rend, sinon proches, du moins infiniment sympathiques (pour ceux qui sont censés l'être bien sûr), à un point qu'une fois commencée, il serait étonnant que vous abandonniez cette série en route, son pouvoir addictif étant peut-être le seul reproche que l'on puisse lui faire.

Une série drôle, sensible et intelligente. Du grand art. Elle a, paraît-il, un grand succès parmi la gent féminine. Mais ne vous inquiétez pas messieurs, les bonnes histoires sont, par nature, destinées à tout le monde. ;o)


- J'ai entendu quelque chose ! Comme des coups de feu... dans la chambre de Katchoo !
- C'est sans doute son vibro qui a encore explosé ! Je te dis que cette nana devrait sortir plus.
Francine et Freddie, sous la plume de Terry Moore.



+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Un mélange subtil d'humour et d'émotion.
  • Des personnages attachants et particulièrement bien écrits.
  • Des dessins efficaces, au charme certain.
  • Carrément hors des sentiers battus et trop fréquentés.

  • Absence d'une version colorisée, le noir & blanc n'étant en rien ici justifié par un choix artistique mais plus probablement imposé à l'époque par les contraintes financières.
Les Enfants dans l'univers de Stephen King
Par
Cet article a été publié en 2014 dans la version précédente de UMAC.

L'enfance, que ce soit au travers de sa magie ou de ses ténèbres, est un thème que l'on retrouve régulièrement dans les romans ou nouvelles de Stephen King. Mais comment l'auteur utilise-t-il réellement les gosses qui peuplent ses histoires ?

Il n'est pas étonnant que l'on puisse retrouver un thème aussi générique que l'enfance dans les nombreuses œuvres de King. L'auteur a néanmoins une manière particulière d'utiliser ou malmener les plus jeunes de ses personnages. Quatre façons de procéder semblent se dégager. Dans trois d'entre elles, l'enfant lutte contre une entité ou un contexte, dans la quatrième, il devient lui-même menaçant.
Voyons cela en détail.

L'enfant face aux monstres
Les monstres existent ! King se plait à nous le répéter depuis des lustres. Et à en croire la longue liste de leurs victimes, il semble ne pas avoir tout à fait tort.
Cette catégorie est bien entendu la plus imagée, la plus métaphorique. Le jeune Danny, dans Shining, va ainsi sentir la présence de fantômes, alors que Mark Petrie, douze ans, va affronter des vampires dans SalemPour compléter le bestiaire, l'on peut également aller jeter un œil du côté de Peur Bleue, où cette fois le jeune Marty, qui est en plus paraplégique, va combattre un loup-garou avec l'aide de sa sœur ainée. L'on notera que c'est le plus jeune enfant qui parvient à convaincre l'autre de la réalité du danger. Une sorte de capacité, liée à l'enfance, que l'on retrouvera d'une manière plus nette encore dans Ça, certains éléments (le sang qui gicle du lavabo, les photos qui s'animent, le clown lui-même...) n'étant visibles que par les enfants.
Et si dans L'homme au costume noir, Gary, neuf ans, semble rencontrer le diable en personne, le monstre revêt parfois une apparence plus banale, comme dans Cujo où c'est un gentil toutou (gentil à la base disons) qui va causer la mort d'un jeune garçon.

Jusqu'ici, à part un don pour percevoir parfois ce qui échappe aux plus âgés, l'enfant n'a en réalité rien de spécifique : il lutte contre des entités maléfiques qui s'en prennent aussi aux adultes. Il faut attendre la deuxième catégorie pour commencer à mieux appréhender le rapport de King à l'enfance.

L'enfant face au monde de l'enfance
Contre toute attente, l'enfant génère aussi sa propre violence, issue d'un monde échappant presque totalement au contrôle des adultes. Nous sommes ici dans un contexte plus réaliste qui en devient d'autant plus effrayant.
Si "l'Homme est un loup pour l'Homme", chez King, l'enfant est parfois un épouvantable prédateur pour l'enfant. Carrie, dans le roman éponyme, subit ainsi un harcèlement douloureux de la part des élèves de son école. Lorsqu'elle a pour la première fois ses règles, dans les douches communes (pas de bol !), les autres filles de l'école, presque hystériques, l'humilient en lui jetant des tampons hygiéniques. Cette même hystérie se retrouve dans Ça, alors que Ben Hanscom, souffrant de surpoids, est obligé de fuir un vestiaire sous les insultes et les coups. Il ne fait pas bon être "différent" des autres dans les romans de King (mais n'est-ce pas le cas aussi dans la réalité ?). 
Dans Dreamcatcher, les personnages principaux rencontrent pour la première fois Duddits, un garçon handicapé, alors qu'il a été violemment agressé par d'autres gamins. 
L'effet de meute joue à plein contre des cibles isolées, mais des bandes s'affrontent parfois. Le Club des Ratés, toujours dans Ça, doit affronter à plusieurs reprises la bande de Bowers, jusqu'au point culminant de la mythique bataille des cailloux. Et dans Le Corps, une nouvelle issue de Différentes Saisons (et connue aussi sous le titre de son adaptation à l'écran : Stand by me), là encore une bande, dont certains membres sont les propres grands frères des personnages principaux, va se révéler menaçante.

L'enfant ici ne combat plus un quelconque Dracula ou de vagues esprits frappeurs, mais bien d'autres enfants. La menace vient des "camarades" de classe ou des grands frères, plus costauds mais moins sages. 
Cette manière de mettre en scène l'enfant révèle l'une des grandes vérités prônées par King : les adultes n'ont aucun contrôle sur le monde où évoluent leurs chères têtes blondes. L'on peut parfois se convaincre du contraire, imaginer que professeurs et parents ont suffisamment de clairvoyance et d'autorité pour régenter l'univers des plus petits, mais si vous êtes honnêtes, si vous faites l'effort de vous rappeler ce qu'était réellement l'enfance, vous conviendrez que nous savions pertinemment tous que les adultes n'étaient pas en mesure de nous protéger de certains dangers. 
D'autres lois règnent dans les cours de récréation et les aires de jeu à l'abri des regards...

L'enfant face à la trahison des adultes
La troisième catégorie découle un peu de cette impuissance des adultes à garantir la protection qu'ils sont pourtant certains d'offrir.
Dans La petite fille qui aimait Tom Gordon, Trisha, une gamine de neuf ans, se perd dans les profondeurs des Appalaches. Ce qui est intéressant, c'est que si la petite fille se perd, ce n'est pas à cause d'un esprit aventureux ou d'une volonté de désobéir, mais parce que sa mère et son grand-frère sont en perpétuel conflit et finissent par ne plus prêter attention à elle.
Dans Charlie, une jeune enfant est poursuivie par une agence de barbouzes à cause d'une expérience à laquelle ses parents ont participé étant plus jeunes. L'enfant subit ici les choix de l'autorité, qu'elle soit paternelle ou gouvernementale.
Jusqu'à présent, l'adulte ne trahit que par défaut. Il n'assume pas son rôle ou fait de mauvais choix sans le vouloir. Mais parfois, la trahison est bien plus odieuse.

Ainsi, Blaze, dans le roman du même nom, va devenir mentalement déficient à cause des mauvais traitements infligés par son père. Encore dans Ça, la douce Beverly est régulièrement frappée par son paternel. 
Et, comble de l'horreur, la trahison est parfois motivée par le sens du devoir, une quête, ou en tout cas un but que l'adulte place au-dessus du bien de l'enfant, comme dans La Tour Sombre, quand Roland entraîne la mort de Jake.
Et que reste-t-il alors comme choix aux gamins, s'ils ne peuvent compter sur leurs propres parents, si ce n'est devenir eux-mêmes des monstres ?

L'enfant monstrueux
On l'a vu, l'enfant, chez King, doit faire face à des monstres symboliques mais aussi à ses pairs. Et cela sans pouvoir compter sur l'aide systématique des adultes, certains n'hésitant d'ailleurs pas à le trahir.
De menacé, l'enfant peut alors devenir menaçant. 
Dans Les Enfants du Maïs, c'est toute une communauté enfantine qui instaure sa loi dans un trou perdu du Nebraska. Dans le même recueil, Danse Macabre, la nouvelle Cours, Jimmy, cours ! dévoile un professeur qui est terrorisé par de bien inquiétants élèves. Et le plus récent Sale Gosse inverse les rôles prévisibles pour nous faire basculer du côté de celui qui a tué un ignoble et infernal 
rejeton.
Dans Simetierre (cf. cet article), l'enfant devient effrayant et perd son humanité, mais c'est là encore la faute d'un adulte qui commet, pensant bien faire, l'irréparable. 

Les plus épouvantables enfants-monstres de King proviennent cependant de deux autres récits.
Le premier s'appelle Un élève doué et est issu de Différentes Saisons. Dans cette histoire, Todd Bowden, treize ans, se révèle fasciné par les meurtres perpétrés par les nazis. Surtout, il reconnait par hasard un ancien criminel de guerre et, loin de le dénoncer, il va s'en servir pour nourrir son goût pour le macabre. 
Les deux passions morbides de Todd et du vieillard nazi s'entretiennent l'une l'autre jusqu'à la chute finale, le mal ayant totalement corrompu le jeune garçon. 
Bien que l'on puisse penser que les actions passées des adultes ont joué un grand rôle sur la transformation de Todd, son côté calculateur, froid et même son intelligence en font l'un des personnages les plus effrayants de King.

Le second récit est de nouveau Ç(cf. cet article), ce roman est d'ailleurs le seul livre de King où l'on peut voir parallèlement à l'œuvre les quatre types d'enfants : face aux montres, évidemment, puisque la bande des "ratés" combat "ça", face au monde de l'enfance, avec Bowers et ses sbires, face à la trahison des adultes, qui non seulement ne peuvent les aider mais les ignorent (Bill Denbrough), les étouffent (Eddie Kaspbrak) ou les frappent (Beverly Marsh), mais aussi grâce à une incarnation monstrueuse qui boucle la boucle.
Car Bowers n'est pas le pire gamin de ce roman. Le pire monstre contenu dans Çs'appelle Patrick Hockstetter. Et pour le comprendre, il faut comprendre Bowers.
Bowers est un abruti. Il plongera plus tard dans la folie, mais à la base, ce n'est qu'un crétin sans cervelle, subissant en plus la mauvaise influence de son géniteur. Bowers est certes antipathique, mais il est relié à la réalité et peut être "contenu" d'une certaine manière, ne serait-ce que parce qu'il effectue les tâches que lui attribue son père, et qu'il respecte donc une forme d'autorité. Il n'est donc pas totalement opaque à la logique. Il comprend certaines choses, au moins instinctivement. Hockstetter, lui, incarne le monstre ultime en cela qu'il est indifférent à tout, même à sa propre souffrance. 
En effet, lorsque Bowers va le frapper, après une offre sexuelle surprenante, Hockstetter ne réagit pas. Pas parce qu'il craint Bowers, mais parce que pour lui, ce qu'il ressent est anecdotique. Et s'il est indifférent à ce point à sa propre douleur, il n'est pas difficile d'imaginer ce qu'il peut faire subir à autrui.

Il est d'ailleurs bien expliqué, dans le roman, que Hockstetter se considère comme le seul être "réel". Ce qui lui confère une liberté d'action terrifiante : les autres ne sont pour lui que de vagues formes avec lesquelles il peut jouer sans se soucier des conséquences. Le garçon, amorphe, avec un sourire sans joie, n'hésite pas à montrer sa collection de mouches mortes en classe. Ou à peloter les filles assises devant lui. Il va également assassiner son petit frère alors qu'il n'était qu'un bébé et rester indifférent à la peine éprouvée par ses parents. Il va aussi se mettre à tuer des animaux, qu'il enferme dans un vieux frigo jusqu'à ce qu'ils crèvent. C'est un petit chien, qu'il vient voir chaque jour, qui résistera le plus longtemps. Et lorsqu'il tente de s'échapper et que Hockstetter le rattrape, il en éprouve une excitation sexuelle.

Avec Hockstetter, l'on a ici la figure type de l'enfant-monstre. Car si Bowers est bête et violent, Hockstetter, lui, n'est pas de ce monde. Il est le monstre pur, tapi dans le placard ou caché dans son château en Transylvanie. Il est le non-sens, ce que l'on ne peut ni comprendre ni admettre. Ce truc, en dessous du lit, dont on nous a pourtant assuré qu'il n'existait pas. Il est le Mal sans but, n'obéissant qu'à des pulsions si violentes, si contre-nature, qu'elles ne sont en général attribuées qu'aux vampires, loups-garous et autres saloperies qui hantent les ténèbres littéraires.

L'enfant comme amplificateur d'émotion
Normalement, l'enfant est, dans notre société, synonyme d'innocence. Il a besoin de protection, une protection d'autant plus logique qu'il est le futur de notre civilisation. Il représente notre immortalité en tant qu'espèce et bénéficie ainsi d'un amour inconditionnel, profondément ancré dans nos gènes (oui, il y a un peu de programmation et d'effets chimiques là-dessous).
Il existe des gamins pourtant bien chiants (aujourd'hui on dit plutôt "hyperactifs", mais ils restent casse-couilles quand même) mais leur fragilité, leur innocence, les rendent précieux.
Faites-les affronter un vampire, et déjà l'on tremble un peu plus que si un vulgaire adulte risquait de se faire mordre.
Montrez-les dans toute la violence de leur monde inaccessible, et d'aucuns, bien que niant la réalité de cette bulle sauvage et magique, trembleront en se souvenant de leur propre enfance.
Rendez-les victimes des adultes (ce qu'ils sont par nature), et vous renforcerez encore ce sentiment d'injustice, d'attachement et d'amertume.

Et, si d'aventure vous les transformez en monstre, pas juste en demeuré violent, mais en vrai monstre, immonde et moralement gluant, alors vous aurez la plus parfaite des créatures de cauchemar. Parce que nous sommes habitués à voir les menaces comme des vikings immenses, des aliens dégueulasses ou des serial-killers grimaçants, et non de doux chatons ou de charmants bambins. 

Eleanor Farjeon a écrit "les choses de l'enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons". 
Je ne suis pas certain qu'elle ait réellement saisi le terrifiant potentiel de ce pourtant lucide aphorisme. Car ces "choses" qui vont se répéter peuvent être agréables comme terribles. Et dispensées par de braves gens comme par les pires salopards. 
Mais, ce que l'on sait, ce que les poètes et les psychiatres s'accordent à dire, c'est que cela... reviendra.
L'enfance est une terre si fertile que ce qui y est planté ne pourrit jamais. Même sans soleil, au fond d'une cave, ça continue de pousser.
Cela donne des adultes parfois sympa, des psychopathes dégénérés et quelques bonnes histoires.
Dans quelles proportions, cela reste à définir...



Crédits : la première illustration, issue de It, est de Brendan Corris, la photographie de la petite fille flippante est de Jaded Jennifer, aka WinterRose31.
Blandice - La BD sans dessus ni dessous
Par
Le FIBD 2017 aura apporté son lot de nouveautés dans la presse BD. Outre Atom, consacré à « la culture manga », les éditions Tabou BD proposent avec Blandice [1] un magazine centré sur « le cul » et la culture.
Sous-titré « la BD sans dessus ni dessous », il parait tous les 3 mois et il mêle, sur une centaine de pages, interviews d’artistes, articles, dossiers thématiques, extraits d’albums, gags, prochaines parutions, concours et tutoriels.

Lier cul et culture est une riche idée. On peut donc s’attendre à découvrir des œuvres développant et interrogeant le sujet proposée dans chaque numéro, ce qui ne s'avère pas vraiment le cas. Dans le cas de l’Art nouveau, aucune BD présente dans le magazine n’interprète en ses planches ce courant artistique, réduit à Alfons Mucha [2], l’arbre qui cache la forêt. Car l’Art nouveau foisonne, en dehors de l’éternel cliché de la pose féminine maniérée dans un cadre floral stylisé, rejeton des affiches publicitaires du XIXe et du début du XXe siècle [3]. Mais le sujet apparaît fédérateur pour les lecteurs, rassurant, convenu. Dans le premier opus de Blandice, seul un tutoriel reprend l’idée de la pose à la « manière de Mucha ». Il en va de même pour le Romantisme, vaste, complexe, dont on aurait pu attendre une sélection de BD dans cette mouvance.... Le troisième numéro, dédié à la Rome Antique, dispose de plus d’œuvres en rapport avec le sujet, plus facile à trouver.

Le choix des thèmes, plutôt accrocheurs pour ratisser un large public, aurait tout aussi pu se recentrer sur la complexité de la sexualité, abordant la jouissance [4], le saphisme, la jalousie... à l’aide d’articles complets et érudits — pas forcément synonyme de jargon incompréhensible — par des plumes tels qu’Agnès Giard [5], une bibliographie sélective (BD, romans...), une filmographie (autant se cultiver à fond) et bien sûr, des planches de BD en lien avec le contenu, entrecoupées de pages de sorties à venir et des gags de Lubrikos [6] (dont le dessinateur semble être un fan du travail de Frank Cho [7] tant ses femmes ressemblent à celles de l’artiste américain).

Clairement, par le choix de présenter des extraits, sans un résumé pour se situer dans l’intrigue en cours, Blandice s’apparente à un catalogue publicitaire, montrant en majorité les productions Tabou BD. Si on peut y trouver de bonnes surprises telles Omaha, Lectures frivoles, Messalina, Heidi au printemps et Miss Deeplane, le reste demeure une affaire de goût. Les entretiens des auteurs sont toujours instructifs. Marini et Mitton apparaissent ainsi dans le troisième opus sur la Rome Antique.
La couverture indique des concours et des tutoriels, mais à l’intérieur, un seul de chaque. Le tutoriel, confié à un dessinateur, s'avère succinct. Il ne présente ni sa démarche, dans sa complexité, ni une liste de matériel détaillée, explicitant le choix de tel papier, telles marques de feutres, de logiciel... Le concours, qui permet aux lecteurs d’envoyer une illustration qu’ils ont réalisée, sur un thème donné, ne possède pas de lien avec le sujet du numéro en cours ou à venir.

La maquette lorgne vers celle des magazines de presse de divertissement avec une absence d’identité forte. Les corps de polices de caractère changent selon les articles. La lisibilité apparaît limite sur certaines pages (la faute à l’image de fond trop présente et à des éléments graphiques disgracieux (l’effet « page pliée »). Beaucoup d’iconographie sont de piètre qualité (pixelisées), et les crédits rarement mentionnés près de celles-ci. Il y a peu de sources citées dans des articles légers, légers... Blandice ne se frotte pas de manière frontale à son sujet : parler de cul et de la culture qui va avec. Des coquilles par-ci par-là (mélange dans les trimestres), jusqu’à l’intérêt des folios dédiés aux nouveautés et aux sorties prochaines des BD et des artbooks, sans un avis d’un chroniqueur, uniquement le résumé éditeur et dont on retrouve les mêmes livres d’un numéro sur l’autre, des textes à l’identique, le prix et la pagination parfois différents. Quel intérêt ? Ce ne sont pas les titres sexy qui manquent ! Comics, BD européennes et manga, tous en proposent. Sex criminal [8] entre parfaitement dans cette catégorie : une histoire de cul avec un scénario recherché. Que dire des hentaï, yaoï, yuri et bara [9] ?

Blandice qui se veut un magazine à parution régulière « dédié à l’art glamour, sensuel, grivois, coquin, érotique... » [10] peine à convaincre. Il reste sympathique à feuilleter pour s’occuper durant un trajet ou dans une salle d'attente, mais rate sa vocation à combiner érudition — même sous le couvert du divertissement [11] — et des fictions dans des thèmes communs autour de la sexualité.


[1] Terme désuet féminin qui s’utilise principalement au pluriel, désignant des flatteries, des techniques pour charmer ou séduire.
[2] Peintre, affichiste, illustrateur, architecte d’intérieur et décorateur à succès.
[3] L’Art nouveau émergea en Europe en 1892. Il se caractérise par un dessin linéaire souple, inspiré de la Nature : quasi-absence de coin et de contours pointus et aigus, utilisation d’entrelacs, de lignes flexibles et onduleuses, mélangeant des ornements issus de la faune et la flore. L’objet naturel est transposé, détaché de son contexte élémentaire et placé dans une nouvelle situation formelle et spirituelle. L’Art nouveau condense le procédé synesthétique en une réalité : les chevelures ondulées, les boucles ornementales, les arabesques végétales sont la transcription graphique de tonalités ; les fleurs, pures ou morbides, exhalent un arôme exquis. L’Art nouveau se veut un art « total ». Il s’élève contre la distinction séculaire entre les arts majeurs (les Beaux Arts) et les arts appliqués qualifiés de mineurs. Pour plus de détails, voilà un ouvrage conseillé : Gabriele Fahr-becker, L’art nouveau, Könemann, 2004.
[4] La revue Terrain, dans son n° 67, propose de s’attaquer à ce sujet complexe : articles fouillés, couverture superbe et maquette classieuse en font une lecture délicieuse, parfois ardue, mais sans BD, hélas.
[5] Anthropologue, écrivain et journaliste française, spécialisée dans les questions de sexualité. Plusieurs de ses livres s’intéressent aux pratiques nippones.
[6] BD gag paraissant dans Blandice : un jeune satyre, ses copains, des jeunes femmes et toute la clique mythologique détournée.
[7] Scénariste et dessinateur de bande dessinée américain connu pour ses jolies pépées et son œuvre Liberty Meadows se déroulant dans un refuge pour animaux.
[8] Comic book écrit par Matt Fraction et illustré par Chip Zdarsky publié en France depuis avril 2015 chez Glénat. Les héros découvrent qu'ils peuvent figer le temps lorsqu'ils jouissent simultanément. Ils décident de profiter de ce pouvoir pour cambrioler une banque et sauver une bibliothèque de la fermeture.
[9] Catégories de manga ; respectivement : pornographique, homosexuels, mais plutôt pour un public féminin, lesbiens et aussi majoritairement public féminin et BD gay.
[10] Voir édito du premier numéro.
[11] Un divertissement peut avoir du fond, du sens sans être ennuyeux ou professoral. On reconnaît les grandes œuvres à cette alchimie. Contrairement à ce que pense une frange du lectorat pour qui divertir et réfléchir sont deux termes antinomiques.

+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Le mélange cul et culture.
  • Le prix.
  • Le nombre de pages.

  • Pas de résumés pour les BD en cours.
  • Des articles légers.
  • Des BD ayant pas ou peu de rapport avec le thème du numéro.
  • Un seul concours et un seul tutoriel, contrairement à ce qui est annoncé sur la couverture de chaque numéro.
  • Pas d'avis de chroniqueurs sur les sorties (à venir ou déjà parues).
Emily is away
Par

On aborde un jeu très particulier aujourd'hui avec Emily is away (et sa suite, Emily is away too).

Ce petit jeu indépendant, disponible sur Steam (le premier est gratuit, le second vaut moins de 4 euros), sort clairement des sentiers battus. Il est clair qu'il ne plaira pas forcément à tout le monde, mais il a le mérite d'être assez amusant et immersif si l'on prend la peine de se plonger un peu dans l'ambiance.

En gros, vous devez draguer une nana par internet (pour certains, ça ne les changera pas des masses de leur quotidien) au travers d'une vieille interface de chat, du début des années 2000. Vous êtes un étudiant américain (le jeu se déroule sur plusieurs années dans la première partie, plusieurs saisons dans la seconde) qui va devoir conquérir Emily. Et vous allez constater rapidement que c'est loin d'être évident. Non seulement parce que d'autres mecs tournent autour (dont un connard de guitariste, toujours à se la péter ceux-là) mais aussi parce que la fameuse Emily va parfois se révéler particulièrement casse-couilles (ouais, le jeu est assez réaliste quant à la représentation de la gent féminine, gniark gniark).

Dans la pratique, vous allez donc guetter les apparitions d'Emily sur la toile et discuter avec elle grâce à une sorte de QCM. Pour chacune de vos interventions, vous pouvez choisir entre trois phrases possibles. Parfois, elles sont très différentes, à d'autres moments, la distinction entre les différentes possibilités est plus subtile.
Le jeu est uniquement disponible en anglais, mais il ne pose pas vraiment de problèmes de compréhension (vous vous doutez bien que vous n'abordez pas de sujets bien philosophiques ou que vous ne parlez pas de physique quantique). La deuxième partie peut parfois éventuellement poser quelques problèmes si l'on n'est pas familier de certaines expressions ou abréviations, m'enfin, si vous avez un niveau moyen d'anglais, c'est jouable. Si vraiment vous en êtes encore à vous demander ce que pouvait bien foutre Brian à passer sa vie dans cette kitchen, là, ça peut être plus délicat.

Alors, c'est vraiment minimaliste en termes de gameplay, mais il y a tout de même (surtout dans le 2) pas mal de petits plus qui laissent une bonne impression. Le jeu a été clairement soigné, même avec peu de moyens. Vous avez par exemple des profils "facenook", avec un peu d'interaction, des URL valides que certains interlocuteurs vous balancent parfois, de la musique (et de très bons groupes parfois, comme Snow Patrol, Sigur Ros ou Explosions in the Sky), et même des "pièces jointes" que vous pouvez récupérer sur votre bureau (dessin, fichier HTML...).
Certains passages vont également prendre en compte votre temps de réponse (dans ce cas-là, vous avez une barre de progression qui vous met un peu la pression, surtout quand il faut gérer deux dialogues en même temps).

Au final, qu'est-ce que ça donne tout ça ?
Eh bien, ce n'est pas forcément un jeu sur lequel on reviendra deux fois (car même si plusieurs fins sont apparemment possibles, l'essentiel semble très dirigiste et linéaire), mais il s'en dégage une atmosphère vraiment sympathique. L'on se surprend parfois à commenter tout haut les réactions d'Emily (ou d'Evelyn), à râler parce qu'aucune réponse ne nous semble convenir (le nombre de fois où j'ai juste eu envie de l'envoyer chier...) ou encore à jubiler parce qu'on a l'impression d'avoir sauvé la situation et marqué des points. De quoi s'amuser quelques heures avec un concept simple mais bien pensé. Car après tout, quoi de plus flippant qu'une nana que l'on veut conquérir avec juste quelques mots et un clavier ? Après ça, vous pourrez vous taper tous les jeux les plus horrifiques, plus rien ne vous fera peur, vous aurez, comme ces vétérans revenus des pires batailles, le regard au loin, perdu à l'horizon, et des balloches de fucking badass...

À tester.

Une majorité a réussi comme moi à se taper Emily, j'ai par contre obtenu une conclusion un peu moins habituelle, mais
il faut dire qu'elle m'a tellement gonflé que je n'ai pas vraiment cherché à la ménager. Je préférais Lyn. ;o)


+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Original.
  • Une foule de petits détails vraiment bien trouvés.
  • La musique.
  • Le côté réaliste/amusant/rageant.
  • Le prix (du deuxième, le premier étant gratuit).

  • Pas de VF.
  • Des choix parfois très semblables ou qui finalement réservent de heu... grosses surprises.
  • Pas de version "Emile" pour les filles.
  • Un petit bug dans le premier opus qui m'a obligé à faire des acrobaties pour choisir mon pseudo (le curseur allait automatiquement dans la fenêtre prénom, il a fallu jouer de la souris et faire un Ctrl V simultanément pour enfin inscrire quelque chose).